Bon Courage

 sz

J’adopte toute espérance

en son esprit frondeur

Lettre ouverte

Capture du 2015-11-21 21:31:50un livre de J-Paul Germond

avec la complicité de son comité de soutien

    Probable signe des temps, l’expression « bon courage » revient dans nos usages ; elle est également à l’origine de cet ouvrage quand, à Douala, deux enfants des rues, Gaétan et Hermann, la reprennent à leur compte pour aussitôt l’associer à leurs rêves.

    De retour en France, leur interlocuteur, J-Paul Germond, constate que ce même courage anime les chômeurs et les détenus qu’il rencontre au quotidien : chacun à leur façon, ils expriment leur résilience, cette « façon ni très rationnelle ni très raisonnable de sauvegarder l’espoir ».

    Résolument variés, parfois drôles ou émouvants, mais toujours brefs, tous les portraits que vous découvrirez apportent donc un cinglant démenti au célèbre : « les chômeurs ? tous des fainéantes et des fraudeurs ! »

    Cependant, bien qu’il rende un chaleureux hommage à ses collègues, J-Paul Germond se montre très critique envers les instances qui prétendent faire de la lutte contre le chômage leur priorité. De même, son éprouvant conflit avec son employeur, Pôle emploi, en dit long à propos des dérèglements de ce dernier et de son savoir-faire dans l’art d’esquiver les évidences.

    Quant au dialogue, il est au cœur de la plupart de ces 188 récits ou témoignages qui scandent cette lettre ouverte. Non seulement il y révèle nos capacités, mais il nous aide à les exprimer au mieux afin de parvenir à une solution de notre choix. Et, pour peu qu’il vienne à manquer, s’impose alors à nous cette singulière qualité de cœur qu’est le courage, le courage de dire non.

    Autre signe des temps, ce même mot courage semble évoluer. Ainsi, renonçant à l’opposer à la peur ou à la lâcheté, l’auteur lui assigne une autre fonction, celle de lutter contre cette forme dangereusement invasive qu’est l’indifférence.

J’adopte toute espérance
en son esprit frondeur.

emprunté à Andrée Chedid, le
sous-titre de ce livre conclut
son poème, « l’espérance »,
publié en 2004.